Le 1er réseau français de cuisinistes à domicile

L'Histoire Cuisines RAISON

S’il y a des chemins tracés par avance, rien ne se fait jamais sans donner quelques coups de pouce au destin. Claude RAISON est tombé dans la marmite tout petit, mais il a su, aussi et surtout, être à l’écoute d’un marché en perpétuel évolution et saisir chaque opportunité qui s’offrait à lui.

Claude RAISON né en 1943 est issu d’une famille de commerçants, son père vend des articles ménagers et de la vaisselle sur les marchés et tient, avec son épouse, un magasin de quincaillerie, outillage et cadeaux à Guémené-Penfao, petite ville de 4500 habitants en Bretagne.

Très vite, Claude se plait à aider ses parents et se passionne pour le contact clients. Après ses études et son service militaire, il rejoint donc tout naturellement l’entreprise familiale.
Dans le milieu des années 60, alors que l’électroménager commence à bien se vendre pour le plus grand bonheur des ménagères, un représentant propose au père et fils de commercialiser des gazinières. Opportuniste et avant-gardiste, Claude accepte ce défi novateur à l’époque. Trois gazinières sont vendues en moins de trois jours dans le magasin… C’est le début d’une nouvelle aventure !

L’électroménager se démocratise en France, les baby-boomers en raffolent. Claude RAISON élargit alors la gamme aux lave-linge et lave-vaisselle et suit une formation d’installation et de service après-vente. En 1966, Claude tente la vente de l’électroménager directement sur les marchés. Il bénéficie alors de la bonne réputation familiale, ses appareils sont de bonne qualité, les clients lui font confiance et de plus, il sait être de bon conseil !

Les affaires prospèrent et face à la forte croissance des volumes de vente, Claude RAISON fonde en 1968 un groupement d'achat. Devenu grossiste/importateur, plus de 1 000 équipements sont vendus chaque année par son intermédiaire, la négociation avec les fournisseurs devient alors plus facile et lui permet de proposer à ses clients des prix compétitifs.

À peine trois ans plus tard, un second magasin ouvre à Redon, l’entreprise individuelle passe en société anonyme dont il devient le PDG en 1971.
Ce n’est pas simple d’être à 28 ans le patron de son propre père, mais la relation familiale est solide et repose sur des valeurs de confiance. Lorsque père et fils ne sont pas d’accord, les conversations se concluent par : « Nous en reparlerons demain ! ». Le fils sait que l’expérience donne souvent raison et son père qui a pour adage : « On apprend bien qu’en faisant ! », a foi en la jeunesse et croit à l’innovation.


Inspirez-vous en vous abonnant à notre Lettre tendance